Archive de l’année : 2001

Code moral du Budoka

Vous trouverez ci-dessous quelques articles concernant quelques règles élémentaires morales qu’il serait extrêmement judicieux de lire (les articles) et d’appliquer (les règles) tant que faire se peut.

Le code du Samouraï ou la Voie du Guerrier

Les samouraïs s’identifiaient à la beauté fragile et éphémère des fleurs du cerisier. La fleur de cerisier ne reste pas accrochée à l’arbre jusqu’à ce qu’elle se fane. Elle tombe dans tout l’éclat de sa beauté, de la même manière qu’un samouraï imagine qu’il mourra au combat, à la fleur de l’âge.

Le préfixe «bu» signifie, en japonais, l’ensemble des techniques martiales. Shi signifie guerrier, et le suffixe do désigne la voie, celle qui mène à la maîtrise de soi par le travail conjoint du corps et de l’esprit. Le Bushido est le code d’honneur de la caste militaire japonaise qui a donné naissance aux écoles de karaté et autres arts martiaux orientaux, tous régis par des codes d’honneur et la maîtrise du corps et de l’esprit par un entraînement régulier.

 

L’esprit du Budo est directement issu des samouraïs au Japon, et constitue une véritable éthique inspirée de la philosophie religieuse du shintoïsme, du confucianisme chinois et du bouddhisme Zen. L’esprit du Budo, outre les qualités intrinsèquement guerrières qu’il exigeait, requérait de ses adeptes qu’ils fassent preuve d’une recherche constante de la perfection.

Au Japon, aucune figure n’est plus symbolique que celle des samouraïs, ces guerriers héroïques qui vivaient par le code du Bushido, la voie du samouraï, fondée sur la loyauté, la justice et l’honneur. Cette tradition guerrière au Japon est aussi vieille que le pays lui-même, mais le véritable samouraï émergea durant la période Heian du milieu du 12ème siècle. Durant cette période, les arts martiaux japonais classiques évoluèrent, et avec eux, le code du Bushido.
L’introduction du bouddhisme zen durant la période Kamakura (1192-1333) influencera le code du samouraï. Le Bushido demande avant toute chose un certain sang-froid devant la mort, parce que faire face volontairement à la mort, c’est apprendre à conquérir ses peurs.
Selon les principes zen, la peur ne peut réellement être conquise que si la notion de «moi» et tout ce qui s’y rattache est abolie.

La morale traditionnelle qui régit l’ensemble des arts martiaux. C’est le respect formel du code moral que l’on s’est choisi. Il faut savoir que chaque pratiquant qui atteint le niveau de ceinture noire 1er dan doit devenir un ambassadeur du Bushido, code d’honneur et de morale traditionnelle qui régit l’ensemble du Budo.

Honneur et fidélité sont les deux vertus les plus marquantes de cette morale, mais aussi loyauté, droiture, courage, bonté et bienveillance, sincérité, respect et politesse, modestie et humilité, et, en toutes circonstances, contrôle de soi. Le devoir de chacun, qu’il soit pratiquant, dirigeant ou enseignant est de s’imprégner de ces principes afin d’être un exemple vivant. Il devra être un ambassadeur de la discipline et de l’esprit auquel il se réfère. Neuf vertus fondamentales régissent ce code moral.

Le Bushido

La première utilisation du terme Bushido s’est apparemment produite pendant la période de guerre civile du 16ème siècle ; son contenu précis a changé historiquement en même temps qu’évoluaient les normes des samouraïs. Zen et bushido s’implantèrent très profondément parmi les samouraïs, et pénétrèrent la culture et les valeurs japonaises. Dans cette perspective et dans la poursuite d’un but, l’entraînement mental devint plus important que le physique. Son idéal était l’esprit martial, y compris des qualifications sportives et militaires aussi bien que l’affrontement sans peur de l’ennemi dans la bataille.

L’austérité, la bonté et l’honnêteté ont été également fortement considérés. Comme le Confucianisme, le Bushido exigeait le dévouement filial mais, provenant du système féodal, il a également soutenu que l’honneur suprême était de servir son seigneur jusqu’à la mort. Si ces engagements étaient en conflits, le samouraï était lié par fidélité à son seigneur en dépit de la douleur qu’il pourrait causer à ses parents.

 

 

La standardisation finale de la pensée du Bushido s’est produite pendant la période de Tokugawa au 17ème siècle, quand Yamaga Soko (1622-1685) a comparé le samouraï avec «l’homme supérieur» confucéen, et a enseigné que sa fonction essentielle était d’être des exemples vivants pour les classes inférieures. Sans négliger la vertu confucéenne de base, la bienveillance, Soko a mis l’emphase sur la deuxième vertu, la droiture, qu’il a interprétée en tant que l’engagement, le devoir. Ce code d’honneur strict, affectant des sujets de vie et de mort, a exigé un choix conscient et ainsi a stimulé l’initiative individuelle tout en réaffirmant pourtant les engagements de la fidélité et du dévouement filial. L’obéissance à l’autorité a été soulignée, mais le devoir est venu d’abord même s’il nécessitait la violation de la loi décrétée. Dans un tel exemple, le vrai samouraï prouverait sa sincérité et expierait son crime contre le gouvernement en s’enlevant plus tard sa propre vie.