Accueil » Histoire et Maîtres

Catégorie : Histoire et Maîtres

Zen et Santé

Article repris avec l’aimable autorisation du site bouddhisme-zen.com  – Merci à Fuyu

« On confère au Zen, et en l’occurrence à la posture employée dans le cadre de Zazen, des vertus innombrables pour le corps et l’esprit.

Ainsi, les articulations, les yeux, le dos, le cou, les jambes et l’état mental sont affectés de façon positive, ce qui permet d’éviter diverses affections.

La posture de méditation zen est conforme à la posture naturelle du corps humain, elle solidifie les articulations, favorisant une meilleure santé de celle-ci et du coup, minimisant les risques d’inflammation possibles. La posture permet par ailleurs de redéfinir les mouvements de celles-ci régulièrement, de manière à éviter les rhumatismes.

Aussi, la respiration employée en Zazen favorise la circulation sanguine, puisqu’elle détend les muscles et qu’elle augmente la stabilité du diaphragme et du périnée. On observe aussi un apaisement qui ressemble en tous points avec la période réparatrice du sommeil. Opter pour une posture dorsale droite et stable a des effets immédiats sur le système.

« Puisque conforme à la posture naturelle, elle (Zazen) solidifie les articulations, favorisant une meilleure santé (…) »
Lire la suite de l’article…

Le Kamiza

 

Le Kamiza (littéralement le côté élevé ou siège du haut) désigne la meilleure place ou place d’honneur, par opposition au Shimoza, ou siège du bas.

L’expression est utilisée pour identifier les places préférentielles, que ce soit dans une pièce ou dans les transports en commun.

Dans un espace clos telle une pièce, en général, le Kamiza est l’emplacement le plus éloigné de la porte, souvent considéré comme étant le moins exposé aux courants d’air et également, comme le plus sûr dans le Japon féodal puisque le plus éloigné en cas d’attaque directe.

Dans les dojos, le Kamiza désigne la « résidence de l’esprit » (un kami étant un esprit dans la religion Shinto « la voie des dieux »).

Le Kamiza dispose d’un autel (Tokonoma) avec, généralement, un « Torii » (porte) à laquelle sont associés divers accessoires (katana, calligraphie, portrait, …).

Lire la suite de l’article…

Minoru Mochizuki – Budo et sports

 

Sugino Senseï

Maître Sugino Yoshio et le Katori Shintô Ryu

Maître Sugino naquit au sein d’une famille paysanne le 12 décembre 1904 (37ème année de l’aire Meïji) à Naruto, petit village fermier face à l’Ile de Kugukurihama, dans la province de Chiba.

En 1916, il débuta la pratique des arts martiaux par le kendo, comme beaucoup de garçons japonais à cette époque. Son professeur était Shingaï Saneatsu Senseï.

Parallèlement, il débutait le Judo avec Iizuka Kunisaburo Senseï qui, quelques années plus tard le recommanda au Kodokan Dojo, dirigé par Kano Jigoro Senseï. Sugino Senseï y pratiqua de nombreuses années, et c’est là qu’il fit connaissance de Mochizuki Minoru.

En 1927, il ouvrait un dojo d’entraînement au Judo Kodokan dans la ville de Kawasaki où il habitait alors.

 
video

En 1928 il obtint le grade de 4ème DAN de Judo, puis cessait alors la compétition. Cette même année Kano Jigoro Senseï avait invité, dans le cadre de la section Kobudo-kenkyu-kaï qu’il avait créée, quatre maîtres de Katori Shintô Ryu à venir enseigner leur Art. A cette époque au Kodokan, la compétition prenait de plus en plus d’importance et Maître Sugino ne trouvait plus en lui a force et la foi des premières années. Son enthousiasme pour le Judo passa peu à peu pour le Katori shintô ryu. Il choisit donc de s’adonner à la voie du sabre avec Shiina Senseï.

 

Lire la suite de l’article…

Minoru Mochizuki Shihan

 

Minoru Mochizuki Shihan est né le 7 avril 1907 à Shizuoka, au Japon. Il avait l’esprit très ouvert et était très créatif et innovateur. Il a étudié les principes correspondants entre les nombreux styles et a entamé une évolution que nous trouvons encore révolutionnaire aujourd’hui.

Minoru Mochizuki était un étudiant direct de Jigoro Kano, le fondateur de Judo et ses deux principaux assistants Kyuzo Mifune et Tokusanpo (Sambo Toku Sensei). Dans les années vingt du XXe siècle, Mochizuki uchi deshi (étudiant résident) était avec Morihei Ueshiba, le fondateur de l’Aïkido. Il s’est également entraîné brièvement sous la direction de Gichin Funakoshi, le fondateur de Karaté. En plus de ces disciplines de Budo bien connues, il a également étudié de nombreux styles classiques de Jujutsu et d’autres arts martiaux.

 

En 1931, Mochizuki fonda son propre Dojo à Shizuoka au pied du mont Fuji Yama. Ici, il a enseigné diverses disciplines selon son propre point de vue, y compris l’Aïkido, le Jujutsu, le Judo, le Karaté, le Iaïdo et le Kobudo. Il a appelé son Dojo «Yoseikan», qui signifie «l’endroit où vous pouvez découvrir ce qui est bon pour vous».

Lire la suite de l’article…

Recherche

Generic selectors
Correspondance exacte
Dans les titres
Dans le contenu
Dans les articles
Dans les pages
Filtrer par catégories :
Armes japonaises
Articles intéressants
Cahier technique
Démonstrations
Divers
Histoire et Maîtres
Humour - Jeux
Katas
Promotions
Réseaux sociaux
Souvenirs
Stages
Vie du club

Rien de lundi 20 juillet 2020 à lundi 03 août 2020.

Menu
Nord Shogun
Forum